Regis Debray – Bien pauvres sont les pouvoirs du papier

La nation américaine, elle, a la capacité, John Ford et John Wayne aidant, de faire du génocide amérindien une exaltante aventure, du Vietnam, Rambo et Sylvester Stallone aidant, un festival d’héroïsme et de l’Irak, avec American Sniper et Clint Eastwood, un superconcours de tirs au but.

Bien pauvres, en comparaison, les pouvoirs du papier. Milliers de lecteurs, millions de spectateurs. Art d’élite, art de masse. La « morne plaine » de Victor Hugo n’a pas fait de Waterloo une victoire à nos yeux, ni son « Donne-lui tout de même à boire, dit mon père » du Dos de Mayo un geste humanitaire. Le gouvernement des perceptions, sur la moitié de la planète, est un bonus décisif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :