Portrait de l’écrivain en jeune père – Méthode à l’emporté

Je n’ai pas une minute à perdre.
J’écris.
Il est cinq heures et je précède.
La nuit.
Mon feutre noir sur le papier.
Va vite.
Pendant que ma lucidité.
Me quitte.

Bernard Lavilliers, le clan mongol

J’étais un écrivain du temps long, se plaignant de ne jamais trouver le temps d’écrire, de toujours manquer du calme ou de la concentration nécessaire. Il me fallait parfois jusqu’à une heure pour atteindre l’état de semi-transe dans lequel les mots viennent facilement.

Ecrivain sous pression

Celà a duré jusqu’à la naissance de mon premier enfant. Il y a paraît il une urgence dans tout acte d’écriture. Jusqu’ici, vous ne sentiez pas le duende  ? Avec des hurlements aux oreilles, ca va vite venir.

Si vous avez cinq minutes pour écrire, écrivez. Sauvegardez. Publiez. Là, tout de suite. Maintenant ! Parce que vous n’aurez plus l’occasion de revenir dessus. Il y aura des couches à changer, des biberons à préparer, et un bambin à amuser. Toutes choses plus importantes que de noircir des pages.

Mauvais père, quelle phrase te retient de secourir ton enfant qui hurle dans la nuit sa faim dévorante ?

Après tout écrire, est-ce si important ?

Si vous passez cette barrière et maintenez un rythme d’écriture, aussi chaotique, aussi irrégulier soit-il, vous pourrez faire de vos difficultés une force. Car c’est la vie qui va vous entraîner désormais, vous et votre routine d’écrivain. Et ainsi de jour en jour, sans fin, jusqu’à ce que la seule méthode d’écriture qui vous soit accessible soit la

Méthode à l’emporté – Méthode du jeune père

C’est la vie qui donne envie d’écrire. L’écriture, elle, donne envie de rien foutre ( Jean Marie Gourio )

  • Ne garder que l’essentiel

Quoi que vous fassiez, faites le avec votre idée en tête. Ce qui survivra au stress et aux occupations de la journée sera forcément une bonne idée.

Ayez toujours de quoi noter à portée de main. Les plus grands livres ne sont qu’une somme de petites notes. Optimisez votre technique de prise de notes. Griffonnez quelques mots qui feront office d’aide-mémoire, détaillez l’idée lorsque vous avez plus de temps. Exploitez la lorsque vous pouvez enfin vous poser.

  • Choisir son matériel – Tout sert à tout

Pour moi tout a commencé lorsque je me suis aperçu que je venais de recycler un de mes anciens sacs d’écrivain en sac à couches. Vous imaginez un peu ca ? J’avais dégagé les stylos et les carnets pour faire de la place aux langes et au carrés de coton. Et j’étais content. L’inverse est aussi vrai : certains sacs à langer feraient d’excellents sacs pour promener ses notes et son cahier, avec de grandes poches où fourrer stylos et carnets.

  • Travailler, travailler encore, selon les moyens de l’instant.

Plus de cerveau ?  Reprenez vos notes manuscrites sur clavier dans ces moments où, vraiment, vous n’êtes plus capable d’un travail compliqué.  Et pour le reste, corrigez, relisez, annotez, mettez en pages, par petites touches soigneusement circonscrites dans le temps. En vrac. Mais quelle sera la qualité de tous ces écrits ? Vous êtes un écrivain expérimenté, dans le circuit depuis des années, et vous vous posez encore ce genre de questions ? Ecrivez. Ecrivez encore, il sera bien temps plus tard de reprendre.

  • Raconter les histoires que vous voulez raconter, comme le public veut l’entendre.

D’abord les historiettes et les fabliaux, puis les contes, puis les légendes et les histoires interminables de la poésie épique. Et si vous parvenez à conserver son attention par delà les eaux troubles de l’adolescence, félicitations.

  • Apprendre de toutes choses.

Saviez vous que dans la version originale d’Au clair de la Lune’, on parlait d’emprunter non une plume, mais une Lume. Une lumière. Ainsi la chanson se comprend mieux, même si elle se retient moins bien. C’était aussi la leçon d’écriture des surréalistes. Veiller à l’écart maximal entre deux termes, c’est des contrastes dont on se souvient.
Saviez vous qu’amstramgram’ viendrait d’une ancienne invocation celte ? Il y a ainsi des choses qui se transmettent, inconnues, oubliées. Et qui refusent de disparaître.

  • Exercer son imagination – Shéhérazade à rebours

Quand vous en serez à raconter l’histoire de la baleine bleue qui vole dans le ciel en portant dans ses flancs des germes de rêve, ou celle du hérisson qui monte à l’arbre en portant un miroir et qui monte vite-vite-vite parce que chaque fois qu’il se retourne  il voit un hérisson qui le suit. Et où vas tu dis le singe  ?
Quand vous en serez à la moitié de votre histoire sans la moindre idée pour la suite, il faudra pourtant avancer et conclure. Parce que votre public ne vous pardonnerait pas de le planter là. Oh, il ne vous huerait pas, bien sûr, il ne mettrait pas de commentaires désobligeants sur scribay, mais il vous regarderait avec de grands yeux tristes – oh si tristes – elle est déjà finie l’histoire ? Dans l’instant, il vous faudra inventer une fin, ou une péripétie de plus.

  • Regarder le monde avec des yeux d’enfant

Le monde autour de vous deviendra intensément poétique. Il y aura la petite chaise magique et le parc que l’on ne peut atteindre sans s’endormir. Il y aura le lustre qui est une forêt, et le lange dans lequel se cachent tous les animaux du monde.

  • Transmettre ce qui est vous

Plus de question à se poser. Qu’est-ce que l’acte d’écrire ? En ai-je vraiment les moyens ? Dites ce qui est vous et dites le vite. Transmettez ce qui est le plus important. Dans une vie qui passe vite, il n’y a de place que pour l’essentiel.

Voilà l’essence de la Méthode à l’emporté qui accompagne la création d’un livre comme la naissance d’un enfant. Faites vite, faites de votre mieux, et pour le reste à la Grâce de Dieu.

Le secret d’une vie réussie : Ecrire un livre ( se connaître soi ), Planter un arbre (embellir le monde), éduquer un enfant ( pour que tout se poursuive après vous )

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :