Les diplomates

Tous les personnages veulent quelque chose, et l’histoire est le récit de leurs actions pour l’obtenir. Sans volontés antagonistes, pas d’histoire. Et comme la plupart des conflits se résoudront sans que quiconque fasse usage de violence :

Intéressons nous aux diplomates

Parce qu’ils savent comment arriver à leurs fins sans faire usage de violence. Parce qu’ils portent une infinie précision au mots qu’ils emploient. Parce qu’ils se tiennent à la frontière de plusieurs univers et qu’ils s’efforcent de les faire coexister. Un peu comme les écrivains.

C’est un texte tiré d’un vieux Casus Belli sur le jeu par courrier interposé (*) qui nous les liste : voilà les types de diplomates, qui sont autant de descriptions de la manière dont l’un ou l’autre des personnages peut se comporter pour arriver à se fins.

 

Le juriste

Abrupt, déteste les courbettes et les ruses, pourchasse l’hypocrisie. Il place la cohérence, le caractère, la rectitude au dessus de tout. Il se cuirasse contre le doute et l’incertitude par une négociation qui ne laisse rien au hasard. Il sécurise et impressionne. Déterminé et grave. Philippe le Bel

Le Hussard
Toujours pressé, toujours en mouvement, il adore les batailles au corps à corps. Guerrier courageux et infatigable, le succès le galvanise. Il bouscules ses adversaires, sans haine mais sans hésitation. L’action chasse ses incertitudes, et pour lui, la fuite est toujours en avant.

L’éminence grise
Cherche à apprendre tous les secrets et nouer toutes les ficelles. Ruse, trompe, dissimule et feint.Toujours complaisant, on trouvera en lui plus un confident qu’un allié, qui vous fera rêver par ses plans mirobolants derrière lesquels il cache ses propres stratagèmes. Une façon comme une autre d’hypnotiser ses alliés. Ses ennemis eux, finiront par voir son ombre dans dans la moindre intrigue.

Le bouledogue
Se bat pied à pied, s’agrippe à un objectif qu’il ne lâchera pas. Prêt à tout sacrifier pour atteindre le résultat visé. Grande confiance en lui et pus grande encore en l’histoire. Sa résolution est une arme qui fera douter ses ennemis et les poussera au compromis.

Le subversif
Exploite tout traité et toute négociation au détriment de ses interlocuteurs. Poison de l’esprit, il instille le doute, s’attache à rompre toute alliance contraire à ses intérêts. Il se sert de la diplomatie pour amener un certain résultat, paradoxal, dont il estime surtout les conséquences psychologiques sur le long terme. Habile à suciter les antagonismes, son jeu est de rendre caduque toute analyse classique.

Le Chevalier blanc
Charismatique et altruiste, il se montre solidaire des faibles. S’il en a mandat, il partira en croisade pour ceux qui le suivent.

Le marionnetiste
Son projet est de tout diriger. Pour celà, il doit tout connaître des plans des autres, pour les influencer, ou les marchander auprès d’une autre puissance. Le marionnettiste tend à lutter contre l’entropie pour instaurer un ordre qui réponde à sa vision des choses.
Bismarck

Le théoricien
Dans les jeux de pouvoir, il refuse d’utiliser les composantes psychologiques de la négociation, mais modélise l’évolution des rapports de force. Concepts abstraits. Il vise le long terme.. Il cherchera à faire de sa vision des choses un lieu commun.

L’attentiste
Se désolidarise de tous les évènements, temporise, refuse de prendre des initiatives. Il fait confiance au temps, attendant que l’Histoire repasse les plats ou que les circonstances se montrent bonnes filles. Il forcera un peu la main au destin sur les erreurs des autres. Idéal dans le rôle du médiateur, il n’a rien à demander.
Talleyrand

 

(*) Autrefois, en ces temps héroïques de l’avant internet existait un mode de jeu qui semblera étrange aux générations nées après l’avènement du numérique : l’affrontement épistolaire autrement dit PBM. Le Play by Mail.
Chacun déployait son plateau de jeu, bougeait ses pions et, pour informer son adversaire … lui écrivait une lettre.

Mé pkoi. pkoi tu fé sa ?

Pourquoi ? Ah l’ineffable bonheur de recevoir enfin le courrier qui vous apprendra si votre charge de hussards si judicieusement déclenchée a ratatiné l’infanterie adverse ou si elle s’est enlisée dans un champ de navets. Ou si cette superbe alliance destinée à prendre à contrepied votre adversaire de toujours a fonctionné, ou si tous vos nouveaux alliés vous ont trahi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :