Une phrase au hasard

J’ai lu un mauvais livre, celà arrive.

Un de ces livres qui semble n’avoir rien pour eux. On les réduit à une phrase, et c’est déjà trop. Peut être pourrait on sauver une idée, une vision, un sentiment, mais il faudrait alors refaire tout le gros oeuvre. Tâche surhumaine.

Mais pourquoi mauvais ?

Parce qu’ouvert au hasard, un paragraphe lu hors contexte ne donnait pas envie de lire la suite. Ni de commencer la lecture. Voilà le défaut qui m’a sauté aux yeux, voilà le défaut qui devrait devenir une règle d’écriture : que chaque phrase donne envie de lire et la suite et ce qui précède.

J’ai lu un bon livre – heureusement – dont voici un paragraphe au hasard :

Voltaire claqua dans ses mains.

– Entrez, messieurs !

Il avait donné rendez vous à un bataillon de tailleurs. Ceux ci entreprirent de rhabiller la troupe de pied en cap. Ils avaient apporté tout ce que l’auteur avait pu trouver pour faire « médiéval » chez ses amis et les antiquaires du Pont-Neuf.

C’était un paragraphe au hasard de ‘Le diable s’habille en Voltaire’ par Frédéric Lenormand. C’est un polar voltairien, et c’est génial.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :