Annie Proulx – Le pouvoir absolu du paysage

Quand j’écris, je commence toujours par décrire le paysage pour comprendre quel type de personnages je vais pouvoir mettre dedans. Le paysage conditionne tout. Son pouvoir est absolu. Il contrôle la destinée des personnages, comment ils vivent et de quoi, ce qu’ils mangent, et comment ils voient le monde. De même qu’une fourmi sait que face à une montagne, elle n’est rien ; de même mes personnages savent qu’ils sont peu de chose face à la toute-puissance de l’environnement qui est le leur.

Annie Proulx, écrivain américaine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :