Robert Heinlein – Motifs, conseils et règles pratiques

1947, Robert Heinlein participe à un symposium sur l’écriture de science fiction. C’est l’occasion pour lui d’exposer les règles d’or d’un genre dont il est depuis peu reconnu comme l’un des maîtres.

Robert Heinlein. Un homme qui a été considéré successivement comme un affreux réactionnaire et un dangereux gauchiste mérite qu’on s’y attarde. Pour ceux qui s’intéressent au personnage ou à l’œuvre, Génération SF a mis en ligne une série d’articles sur cet écrivain un peu oublié.

Comme quoi, on peut être un peu négligé par la postérité et furieusement à la mode, car Bifrost lui consacre ce mois ci un dossier complet. Avec deux nouvelles, une biographie et une bibliographie ainsi qu’un analyse complète de l’œuvre, c’est un numéro spécial Heinlein.  Numéro spécial dans lequel la rédaction de Bifrost eu la bonne idée de republier le texte de la conférence de 1947.

Ecouter Heinlein parler, c’est plonger dans un monde qui n’existe plus. Un monde peuplé de revues SF nombreuses et dynamiques, toutes prêtes à acheter un texte (parfois) de mauvaise qualité. C’est revenir à une période où Hubbard est un écrivain respectable et non le fondateur d’une secte qui fait payer une fortune chaque information tirée des ses délires.
Lire ce texte m’a donné l’étrange impression de scruter un univers parallèle, d’observer un endroit où les choses ne sont pas tout à fait les mêmes qu’ici. Quelque chose comme une conférence donnée par le Maître du Haut Château.

Voilà pour le contexte.

Les conseils maintenant. Pour Heinlein, il n’existe que trois structures pour une histoire :

  • Le Garçon-qui-rencontre-la-fille : l’histoire d’amour et toutes ses variations lumineuses ou tragiques.
  • Le Vaillant-petit-tailleur : toutes les histoires racontant l’ascension d’un individu quelconque. Un garçon de ferme destiné à devenir roi d’Aquilonie, par exemple.
  • Le Type-qui-change-d’avis : l’histoire d’un homme qui abandonne ses opinions initiales.

En partant de ces trois canevas type, Heinlein insiste sur l’importance de raconter l’histoire du personnage. C’est lui qui évoluera sous la pression des éléments, et c’est sur ses réactions que l’auteur peut construire une tension dramatique.

De même, si Heinlein juge important de conserver une trame science fictive rigoureuse, en particulier en ce qui concerne la plausibilité des explications données et le travail de documentation préalable, l’intrigue doit rester de nature humaine.

Une guerre bactériologique dévaste les terres agricoles des Etats Unis. Comment Joe Doakes, revendeur de voitures d’occasion pourra t’il nourrir sa famille ?

Enfin, Heinlein conclut sa conférence par 5 règles pratiques, que je ne résiste pas au plaisir de citer in extenso.

1. Vous devez écrire
2. Vous devez terminer ce que vous commencez
3. Vous devez vous retenir de le réécrire, sauf sur commande de l’éditeur.
4. Vous devez le mettre sur le marché.
5. Vous devez le maintenir sur le marché jusqu’à ce qu’il trouve preneur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :